maternel


maternel

maternel, elle [ matɛrnɛl ] adj. et n. f.
XIVe; du lat. maternus, de mater « mère »
1Qui est propre à la mère, considérée du point de vue physiologique ou psychologique. Le lait maternel. Allaitement maternel (opposé à artificiel). Amour, instinct maternel.
De sa mère. Il craignait les réprimandes maternelles.
2Qui rappelle la tendresse d'une mère. « Son vieux valet de chambre lui donnait ces soins maternels » (Vigny). Geste, ton maternel.
(Personnes) Qui joue le rôle d'une mère. Assistante maternelle : nourrice de crèche familiale. — Qui a le comportement d'une mère. Être maternel avec qqn. materner. Institutrice très maternelle.
3(1887 ) ÉCOLE MATERNELLE, ou n. f. (1904) LA MATERNELLE : établissement d'enseignement pré-élémentaire, accueillant les enfants âgés de deux à six ans. ⇒ jardin (d'enfants) (cf. Région. École gardienne). Les petite, moyenne et grande sections de maternelle. Entrer à la maternelle.
Par ext. Enseignement maternel.
4Qui a rapport à la mère, quant à la filiation, à la relation familiale. Un oncle du côté maternel. Parenté en ligne maternelle. matrilinéaire . Ma grand-mère maternelle.
Héritage maternel.
5(XIVe) LANGUE MATERNELLE : la première langue qu'a parlée un enfant, souvent celle de sa mère.
6Qui concerne les mères, considérées du point de vue social. Centre de protection maternelle et infantile (P. M. I.).

maternel, maternelle adjectif (latin maternus, de mater, mère) Relatif à la mère : Lait maternel. Qui vient de la mère, qui est du côté de la mère : Parents maternels. Qui rappelle le comportement d'une mère : Des gestes maternels.maternel, maternelle (expressions) adjectif (latin maternus, de mater, mère) École maternelle ou maternelle (nom féminin), établissement mixte de première éducation destiné à recevoir les enfants de 2 à 6 ans. Hôtel maternel, établissement qui héberge les mères célibataires et leur enfant. Langue maternelle, première langue apprise par un sujet parlant (dit alors locuteur natif) au contact de l'environnement familial immédiat. Maison maternelle, établissement public ou privé institué dans le cadre de la protection maternelle et infantile pour prévenir les abandons d'enfants.

maternel, elle
adj.
d1./d Propre à une mère. Instinct maternel.
d2./d Qui a ou évoque l'attitude d'une mère. Gestes maternels.
d3./d Relatif à la mère, en ce qui concerne les liens de parenté.
d4./d La langue maternelle: la première langue parlée par un enfant.
d5./d école maternelle: école où l'on reçoit les très jeunes enfants (2-5 ans). Syn. (Djibouti) maternité.

⇒MATERNEL, -ELLE, adj. et subst.
I.Adjectif
A. — Qui, physiologiquement et psychologiquement, est propre à la mère, appartient ou est naturel à sa fonction et à son état. Affection, allaitement, coeur, étreinte, œil, orgueil, sein, sourire maternel(le). Les sentiments généraux qui composent le fond de l'humanité, la tendresse paternelle et maternelle, la piété filiale, l'amitié, l'amour, sont inépuisables (CHATEAUBR., Mém., t.2, 1848, p.44). L'amour maternel fait voir dans ces cas-là sa science presque infaillible, lorsqu'il promène, câline ou berce le poupon (ALAIN, Propos, 1913, p.151):
1. Il me semble que je manquerais au quatrième commandement du décalogue: «Tes père et mère honoreras», et qu'un peu du tendre respect dont ma pensée enveloppe la chère image de ma mère s'évanouirait, si je me la représentais un seul instant hors de sa fonction maternelle et sans les premiers cheveux gris et les quelques rides qu'elle avait déjà, quand j'étais tout petit.
COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p.90.
[En parlant des animaux] Le lait maternel est la première nourriture du jeune animal (WOLKOWITSCH, Élev., 1966, p.94).
En partic.
Instinct maternel. Amour de sa progéniture, chez les hommes comme chez les animaux, dans ses tendances profondes, naturelles et instinctives. Il n'y a que l'instinct maternel, intuition admirable où entrent les souvenirs de la vierge et l'expérience de la femme, qui sache comment et de quoi doit être fait ce demi-jour (HUGO, Misér., t.2, 1862, p.83).
MÉD. Mortalité maternelle. Le fait de mourir en couches:
2. Selon la définition de la Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique, le terme de «mortalité maternelle» concerne «la mort de toute femme succombant à n'importe quelle cause, que ce soit pendant la grossesse ou les quarante-deux jours suivant son issue, sans tenir compte de la durée ou du siège de la gestation». Or, la mortalité maternelle a décru, régulièrement dans notre pays, où elle est passée de soixante décès pour dix mille naissances au cours des années 1918-1929, à 5,9 décès sur dix mille pour la période 1961-1970.
L'Est Républicain, 29 mai 1981, p.19, col. 5.
P. anal. Qui est semblable à ce qui vient d'une mère ou évoque le comportement d'une mère vis-à-vis de son enfant. Attitude, geste, passion, pitié, protection, soin, sollicitude maternel(le). Alors, minute solennelle, Admirablement papelard, D'une main presque maternelle, Je mis à chacun un foulard (ROLLINAT, Névroses, 1883, p.289). Le supérieur, M.l'abbé Méyer, plaisait par sa douceur et sa distinction. Il me reste encore aujourd'hui l'idée que c'était un homme prudent, affectueux, maternel (A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p.249). La terre était maternelle et me faisait songer à d'idéales, profondes, et solennelles fosses — des fosses d'âmes, au déclin pâle d'un beau jour d'hiver (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1942, p.44).
En partic. École maternelle. Établissement de première éducation accueillant les plus jeunes enfants après l'âge de la «crèche» et avant celui de la scolarité obligatoire. Il y a une place de femme de service d'école maternelle (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p.4). L'école maternelle, constituant généralement la première coupure avec la famille, joue un rôle privilégié dans le processus de socialisation. D'autres notions peuvent être dégagées de ce concept de socialisation (...): l'école maternelle a un rôle normatif. Elle fait pénétrer chez l'enfant, au sortir de la vie familiale, un certain nombre de valeurs en vigueur dans notre société, par le biais d'un modelage idéologique tendant à développer des attitudes communes (L. LURÇAT, La Maternelle, Une école différente? Paris, Éd. du Cerf, 1977, p.8).
Fam. et p. ell. La maternelle. Sans doute n'en est-on plus au niveau des bambins de la maternelle qui ne peuvent réussir à partir ni du même point ni en même temps! (Jeux et sports, 1967, p.112).
B. — Qui, généalogiquement, a rapport à la mère, considérée comme celle qui transmet la vie. Aïeul, bien, famille, héritage, lignée, oncle, parenté, tante maternel(le). Chez les groupes du nord, les biens du De Cujus passaient au fils de sa soeur, méthode connue sous le nom de filiation matrilinéaire, ou descendance maternelle, tandis que celle des Salish était patrilinéaire ou paternelle (PAGE, Dern. peuples primit., 1941, p.117). Dans les grandes familles féodales, le nom constituait une propriété morale et (...) nul ne pouvait en revendiquer la possession s'il n'avait été porté avant lui par un de ses ascendants en ligne directe, tant du côté paternel que du côté maternel (L'Hist. et ses méth., 1961, p.708):
3. En d'autres cas, les circonstances concomitantes non seulement contribuent à former le noyau d'un clan, mais à y incorporer également les frères et les soeurs, créant ainsi le clan proprement dit. La filiation maternelle n'implique pas une position prédominante de la femme.
LOWIE, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.291.
Langue maternelle. Première langue apprise inconsciemment par un sujet au contact de l'environnement familial immédiat. Il suffit donc à un enfant d'apprendre sa langue maternelle par l'usage, et la lecture des bons écrivains; il en étudiera les règles quand son jugement sera formé: en attendant, il fera de la prose, comme M. Jourdain, sans le savoir (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p.306). Qu'il me soit permis de m'étonner qu'il faille faire des exercices si douloureux pour apprendre une langue qu'on nomme maternelle et que ma mère m'apprenait fort bien (A. FRANCE, Livre ami, 1885, p.140).
C. — Qui, socialement et juridiquement, concerne les mères. Statut maternel.
En partic.
Maison maternelle. ,,Établissement public ou privé qui accueille des femmes enceintes, quelque temps avant et après l'accouchement`` (LITTRÉ). Aide sociale à l'enfance. — Établissements pouvant recevoir des subventions: foyers de pupilles de l'État; maisons maternelles; hôtels maternels (FONTENEAU, Conseil munic., 1965, p.97). Centre de protection maternelle et infantile:
4. La politique sanitaire et sociale s'est reflétée dans plusieurs dispositions législatives d'ordre préventif: la loi Strauss, du 17 juin 1913, en faveur des femmes en couches, la loi du 9 mars 1922 et le décret du 8 octobre 1927 sur l'hygiène publique, puis trois ordonnances de 1945 relatives à la protection maternelle et infantile, créant un service d'hygiène scolaire et organisant des examens périodiques de santé.
BARIÉTY, COURY, Hist. méd., 1963, p.797.
Société maternelle ou Société de protection maternelle. ,,Nom d'une association de femmes charitables dont le but est de recueillir des secours pour les femmes pauvres en couches`` (LITTRÉ). L'abbé Durieu conseilla d'ailleurs à Madame Baudouin d'éviter les allusions aux grandes dissensions, et de rester sur le terrain d'une fusion entre la société de la protection maternelle et celle de Saint-Vincent-de-Paul (DURANTY, Malh. H. Gérard, 1860, p.170).
II.Emploi subst. fém., arg.
A. — Vagin. «Ne te torche pas, qu'elle me dit, et baise-moi debout». Je remets ça; par la maternelle cette fois. À peine je l'enconne qu'elle me plante son index dans le gnon et qu'elle hurle: «Que c'est bon, que c'est bon!» (G. GUÉGAN, Un Silence de mort, 1975, p.99 ds CELLARD-REY 1980).
B. — [Dans l'arg. des écoles] Mère. Sa maternelle venait le voir tous les jeudis et lui laissait des friandises (BRUANT 1901, p.317).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1370-72 langage maternel «langue du pays où l'on est né» (ORESME, Ethiques, Prologue, éd. A. D. Menut, p.101); 1538 langue maternelle (EST.); 2. 1370-72 «qui appartient à la mère» (ORESME, op. cit., p.459: L'en doit [...] a la mere honeur maternel); 3. 1567 «du côté de la mère» (en parlant d'un héritage) (Coutumier Général, 2, 640b); 4. 1848, 28 avr. école maternelle (Hippol. CARNOT, arrêté cité ds Cahiers du C.R.E.S.A.S., éd. I.N.R.D.P., n° 9, 1973, p.15 ds QUEM. DDL t.22); 1904 La Maternelle (FRAPIÉ, titre d'ouvrage); 5. 1880 subst. fém. arg. «la mère» (LARCH. Suppl., p.83). Dér. à l'aide du suff. -el du lat. maternus «de la mère», ou peut-être empr. du lat. médiév. maternalis, dér. de maternus (ca 1380 ds LATHAM), mais vraisemblablement plus anc., l'adv. maternaliter datant de 1122 (ds DU CANGE). V. FEW t.6, p.491a. Fréq. abs. littér.:1589. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2322, b) 2603; XXe s.: a) 2410, b) 1931.
DÉR. 1. Maternalisme, subst. masc. Tendance abusive à imposer une protection maternelle ou de style maternel ou une domination féminine (d'apr. GILB. Mots contemp. 1980). Elles tiennent une permanence dans leur librairie. Là elles sont «à l'écoute» des femmes qui passent, mais sans maternalisme (Le Point, 9 déc. 1974 ds GILB. 1980). []. 1re attest. 1964 (A. SARRAZIN, L'Astragale, p.16); de maternel, suff. -isme. 2. Maternellement, adv. Comme le fait ou le ferait une mère. Elle avait la voix tendre d'une grande soeur; il ne put retenir un sanglot. Elle s'assit sur le bord du matelas, passa le bras autour de son cou, et, maternellement, pour le consoler, — dernier argument de toutes les femmes — elle prit sa tête et l'appuya contre sa poitrine (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p.642). []. Att. ds Ac. dep. 1694. 1re attest. 1368 maternalment (Miracles de Nostre Dame, éd. G. Paris et U. Robert, t.IV, p.234); de maternel, suff. -ment2. Fréq. abs. littér.: 51.

maternel, elle [matɛʀnɛl] adj.
ÉTYM. V. 1361, au sens 5; dér. sav. du lat. maternus, de mater « mère ».
1 (Fin XIVe). Qui appartient à la mère, est propre à la mère considérée du point de vue physiologique ou psychologique. || Fœtus (cit. 2) nourri par le sang maternel. || Le lait maternel. || Enfants élevés dans le giron (cit. 7) maternel.Amour, instinct, sentiment maternel (→ Animal, cit. 3; bon, cit. 32; lait, cit. 4). || Affection (cit. 5), tendresse maternelle. || Cœur maternel.
1 Vous sentez donc l'amour maternel (…) Eh bien ! moquez-vous présentement des craintes, des inquiétudes, des prévoyances, des tendresses, qui mettent le cœur en presse, du trouble que cela jette sur toute la vie; vous ne serez plus étonnée de tous mes sentiments.
Mme de Sévigné, 230, 23 déc. 1671.
2 (…) l'enfant a-t-il moins besoin des soins d'une mère que de sa mamelle ? D'autres femmes, des bêtes même, pourront lui donner le lait qu'elle lui refuse : la sollicitude maternelle ne se supplée point.
Rousseau, Émile, I.
3 (…) l'amour maternel est le plus éminent des sentiments égoïstes, ou, pour dire autrement, le plus énergique des sentiments altruistes, comme Comte l'a montré (…)
Alain, Propos, 29 août 1921, Famille.
3.1 (…) chez certaines femmes l'instinct maternel s'inverse littéralement et se trouve remplacé par l'aversion, la répulsion, l'antipathie poussée jusqu'à la haine à l'égard de l'enfant. C'est une telle perversion qui conduit, dans les cas extrêmes, à l'infanticide (…)
Ch. Bardenat, in Porot, Manuel alphab. de psychiatrie.
De la mère (de qqn). || Il craignait les réprimandes maternelles.
2 Qui ressemble à ce qui vient d'une mère. || Cette jeune fille veillait sur l'enfant avec une sollicitude toute maternelle ( Maternellement). || Gestes maternels. || Rechercher une protection maternelle (→ Bercement, cit. 2). || Amie dont les sentiments ont qqch. de maternel (→ Cultiver, cit. 22).
4 La pluie continuait à tomber par torrents, et son manteau était presque traversé. Il en sentit un plus épais recouvrir ses épaules; c'était encore son vieux valet de chambre, qui l'approchait et lui donnait ces soins maternels.
A. de Vigny, Cinq-Mars, VI.
5 Hassler fut touché par cet amour naïf; il se fit plus affectueux encore, il embrassa le petit et lui parla avec une tendresse maternelle.
R. Rolland, Jean-Christophe, L'aube, p. 80.
(1887). || École maternelle : établissement d'enseignement (institué par l'arrêté du 2 août 1881), à personnel essentiellement féminin, et qui accueille les enfants des deux sexes entre deux et six ans. Jardin (d'enfants).(1904). N. f. (d'abord fam.). || Entrer à la maternelle.La Maternelle, roman de Léon Frapié (1904).
3 Qui a le comportement d'une mère, qui joue le rôle d'une mère. || Amie, épouse, maîtresse maternelle. || Femme bonne et maternelle (→ Incompatibilité, cit. 4). || Elle a toujours été très maternelle pour moi (→ Une vraie mère). || Une institutrice très maternelle.
4 Qui a rapport à la mère, considérée au point de vue de la filiation, de la relation familiale. || Ses origines maternelles, sa famille maternelle (→ Hérédité, cit. 8). || Un oncle du côté maternel. || Parenté en ligne maternelle (→ Matriarcat, cit. 2). || Ma grand-mère maternelle. || Aïeul (cit. 2) maternel. || Biens maternels.Elle avait hérité de la fainéantise (cit. 3) maternelle.
6 (…) l'oncle de Wazemmes — il s'appelait Victor Miraud et n'était son oncle que par alliance du côté maternel (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, XXIV, p. 275.
5 (V. 1361, Oresme). || Langue maternelle : la première langue qu'a apprise un enfant, généralement la langue de sa mère (de ses parents, de son entourage dès le berceau) ou encore la langue de la « mère-patrie ».
REM. Les dictionnaires courants définissent la langue maternelle comme « la langue du pays où l'on est né ». Cette définition ne recouvre pas la généralité des cas. Pour un Français né au Japon, élevé dans un milieu où l'on parle français, la langue maternelle est incontestablement le français. Inversement, un Français dont les parents d'origine étrangère ne parlent plus que le français, pourra fort bien considérer comme sa langue maternelle une langue qu'il ignore, celle que parlaient ses ancêtres lointains, si, affectivement, il ne se considère pas comme Français. La langue maternelle peut donc être tantôt celle de la mère, tantôt celle de la mère-patrie.
7 On demande volontiers au polyglotte : « En quelle langue pensez-vous ? » Je lui pose plutôt cette question : « En quelle langue souffrez-vous ? » Celle-là, c'est la vraie, la maternelle.
G. Duhamel, les Plaisirs et les Jeux, VI, XV.
6 (1840). Qui concerne les mères, est destiné aux mères, considérées du point de vue social. || Maison maternelle : établissement public ou privé qui accueille des femmes enceintes quelque temps avant et après l'accouchement. || Centre de protection maternelle et infantile.
CONTR. Filial.
DÉR. Maternalisme, maternellement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • maternel — maternel, elle (ma tèr nèl, nè l ) adj. 1°   Qui est propre à la mère. •   Et, se laissant ravir à l amour maternelle, CORN. Hor. I, 1. •   J oubliai inhumainement, contre l ordinaire des grand mères, à vous parler de ma pauvre petite d Aix ; j… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • maternel — Maternel, [matern]elle. adj. Qui est de mere, qui est naturel à une mere. Amour maternel. affection maternelle. On appelle, Costé maternel, La ligne de parenté du costé de la mere. Parents maternels. biens maternels. Les parents, les biens du… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • maternel — Maternel, Maternus …   Thresor de la langue françoyse

  • Maternel — Mère  Pour les articles homophones, voir Mer (homonymie) et Maire (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • MATERNEL — ELLE. adj. Qui est propre à la mère, qui est naturel à une mère. Amour maternel. Affection maternelle.   Côté maternel, ligne maternelle, La ligne de parenté du côté de la mère. Parents maternels, biens maternels, Les parents, les biens du côté… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • maternel — adj. d la mâre loc. adj. (Albanais.001), à la mâre <à la mère> (Cordon) ; du flyan d la mâre <du côté de la mère> (001) ; matèrnèlo, a, e (001, Arvillard). A1) amour maternelle : afèkchon d on na mâre (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • MATERNEL, ELLE — adj. Qui est propre à la mère, qui est naturel à une mère. Amour maternel. Affection maternelle. Par extension, Vous êtes maternelle pour lui. Côté maternel, ligne maternelle, La ligne de parenté du côté de la mère. Parents maternels, biens… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Allaitement maternel — Allaitement Allaitement …   Wikipédia en Français

  • Lait maternel humain — Le lait maternel humain est produit par le corps de la femme afin d alimenter un bébé. Il est produit par les glandes mammaires contenues dans les seins de la femme. Peinture de Kitagawa Utamaro, Japon, XIXe s …   Wikipédia en Français

  • Lait Maternel — Cet article décrit le lait maternel humain. Sommaire 1 La composition du lait maternel 1.1 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.